Lifestyle

Les jeux de société qui ont marqué mon enfance

Ma famille et moi somme des férus des jeux de société. Et ce depuis que je suis toute petite. Durant mon enfance, pendant les vacances, on n’en prenait toujours au moins un dans la valise. Les jeux des 7 familles avaient aussi un franc succès. Car ça ne prenait pas de place et dans la voiture c’était bien pratique quand on a plusieurs heures de voyage à faire. Aujourd’hui, je vous présente les jeux de société qui ont marqué mon enfance.

***

Qui n’a pas passé son dimanche en famille devant un bon jeu de société ? Dites moi en commentaire. On n’est tous passé par là. Pour ma part, nous adorions y jouer. Et nous avions nos jeux de prédilection. Voici donc les jeux de société qui ont marqué mon enfance.

Kesaco ?

Pour commencer, qu’est ce qu’un jeu de société ? Oui je vous entends marmonner …. comme si on ne savait pas ce qu’est un jeu de société.
Selon wikipedia : Le jeu de société est un jeu qui se pratique à plusieurs personnes, par opposition aux jeux qui se pratiquent seul, les jeux solitaires ou casse-tête.

La Bonne Paye

Les jeux de société qui ont marqué mon enfance

Ce jeu de société me suit depuis que j’ai une dizaine d’année. C’est lui que l’on amenait toujours dans nos valises. Quand j’étais petite, j’étais assez mauvaises perdantes. Je n’aimais pas perdre. Mais avec celui-ci, tu es un peu toujours gagnant, ce n’est pas celui qui finit le premier. On n’en a passé du bon temps avec ce jeu.
Aujourd’hui il existe plusieurs versions de la bonne paye. Mais la meilleure reste vraiment la première version.

 

La Publicité de l’époque

Le but du jeu

Les joueurs jettent un dé à tour de rôle pour se déplacer sur le parcours. En fonction de la case où ils tombent, ils doivent tirer une carte, payer ou recevoir de l’argent.
Chaque case est une journée du mois, et à la fin du mois, les joueurs reçoivent leur paye et doivent régler leurs factures.

Point Shop

 

***

Destins

Les jeux de société qui ont marqué mon enfance

Qui ne connait pas ce jeu avec sa fameuse pub “Jouez à Destins pour changer de vie”. C’est un jeu bon enfant, familial, dans le sens, sans prise de tête. Pour résumer très simplement, tu choisis ton destin. Il ne faut pas jouer à bas âge, car on ne comprend le sens de la vie. C’est à dire étude, métier… Tu prends un peu n’importe quoi. Mais ça reste sympa à jouer en famille.

La publicité de l’époque

Le but du jeu

Une partie se joue de 2 à 8 joueurs. Chacun reçoit une voiture en plastique qui le représente avec sa famille au long de la partie. À chaque tour, on lance une roue composée des nombres de 1 à 10 qui fait office de dé et indique le déplacement de la voiture. Au fil du jeu, le joueur se voit faire face à tout un tas d’événements (naissances, dettes, etc.) qui vont rythmer sa vie.

Au début du jeu, un banquier est choisi parmi les joueurs, et 2 000 francs sont distribués à chaque joueur. Le joueur, au début, doit alors choisir entre un « départ universitaire » ou un « départ carrière ». Avec le second, il saute le premier segment du jeu et est invité à piocher une carte métier (le métier obtenu a une influence sur le reste du jeu. Ainsi, certaines cases du plateau ne concernent que ceux qui ont un métier précis. Le joueur pioche aussi une carte salaire pour débuter immédiatement sa carrière professionnelle ; avec le premier, le joueur effectue le segment consacré aux études et aura, une fois cela effectué, la possibilité de choisir la meilleure des trois cartes carrière et salaire qu’il aura piochées, mais il devra en contrepartie commencer le jeu avec un emprunt, destiné à financer les études, de 40 000 francs.

Point Shop

***

Dessinez c’est gagné

Les jeux de société qui ont marqué mon enfance

Ceux qui sont de la génération des années 80 doivent sans doute connaître ce jeu. Puisqu’au départ il s’agissait d’une émission présentée par Patrick Lafont. Qu’est ce que j’ai pu la regarder. Quelques temps après ils ont en sorti un jeu. C’est un peu dans le même style que Pictionary.

 

La vidéo de l’émission

Le but du jeu

Le principe de l’émission est similaire à celui du jeu de société Pictionary. Deux équipes (les hommes contre les femmes), chacune se composant de deux personnalités et d’une personne du public. Il s’agissait de faire deviner des mots à ceux de son équipe en les dessinant, sans pouvoir ni mimer ni parler.

Point Shop

***

Le Pendu

Les jeux de société qui ont marqué mon enfance

Pour moi, le pendu est un jeu collector, dans le sens où j’apprenais à lire et à écrire, à former les mots. J’adorais ce jeu. J’y ai beaucoup joué avec ma famille. C’est un jeu assez rapide, qui ne prends pas la tête.

 

Publicité de l’époque

Je n’ai malheureusement pas trouvé de publicité.

Le but du jeu

Le pendu est un jeu consistant à trouver un mot en devinant quelles sont les lettres qui le composent. Le jeu se joue traditionnellement à deux, avec un papier et un crayon, selon un déroulement bien particulier. Il est aussi fréquemment pratiqué dans les salles de classe du primaire à la seconde, à la fin de l’année scolaire (mi-juin); auquel cas un élève au tableau joue contre l’ensemble de ses camarades, en dessinant à la craie. Le dessin une fois terminé montre un bonhomme allumette pendu.
Dans le cas du jeu de société, le but est que l’adversaire doit trouver le mot que vous avez choisi. Il annonce une mauvaise lettre, tournez la roue d’un cran. S’il n’a pas trouvé le mot en dix coups, il sera “pendu”.

Point Shop

 

***

Labyrinthe

Les jeux de société qui ont marqué mon enfance

Le labyrinthe est un jeu que je trouvais particulièrement difficile et qui met les nerfs à rude épreuve. Quand un jeu était trop difficile, cela m’énervait rapidement. C’était le cas quand j’étais petite. Tu crois arriver à la fin et que tu ais le gagnant. Mais il suffit que le joueur d’après bouge les cases. Et là, je peux vous dire que les pleurs ça y allait. Ça reste un bon jeu malgré tout.

 

 

La publicité de l’époque

Le but du jeu

Sur un plateau représentant un labyrinthe, les joueurs doivent atteindre des objets dessinés sur les tuiles. La disposition des tuiles évolue à chaque tour de jeu.

Le plateau de jeu comprend des tuiles fixes, et des rangées de tuiles mobiles. Il y a toujours une tuile hors du plateau. À son tour, le joueur utilise la tuile libre pour pousser une rangée de tuile du plateau, faisant ainsi évoluer le labyrinthe. Il dégage ainsi une tuile pour le joueur suivant, et peut éventuellement faire progresser son pion dans le labyrinthe. Chaque joueur possède des cartes représentant des objets. Ces objets sont également représentés sur les tuiles (fixes ou mobiles) du labyrinthe. Chaque joueur doit atteindre ses objets avec son pion.

Le jeu se termine quand un joueur a atteint tous les objets de sa liste et est revenu à son point de départ.

Point Shop

 

7 Familles Marc et Julie

Les jeux de société qui ont marqué mon enfance

Oh la la, Marc et Julie, le jeu de cartes des cours de récré, mais aussi des vacances. Qu’est ce que j’ai pu y jouer, tellement, qu’il nous en manque une boîte. Ce jeu de 7 familles a marqué mon enfance. Je sais que plus tard, j’y jouerai avec mes enfants, et avec les mêmes.

 

Le but du jeu

Le but du jeu est de regrouper le plus grand nombre de familles possible.

Un joueur, désigné par le sort, bat les cartes, les fait couper et en distribue selon les variantes, 6 ou 8 à chaque joueur, une à une, en commençant par la droite. Le reste constitue la pioche. Il demande une carte d’une famille de son choix, il cherche à l’avoir en demandant à n’importe quel joueur et de façon précise la carte qu’il veut et qu’il souhaite obtenir. Pour cela il dit “Dans la famille… je demande…”. Si cet autre joueur possède la carte il doit lui donner. Si le demandeur obtient la carte qu’il voulait il peut rejouer. S’il n’obtient pas la carte demandée, il prend une carte dans la pioche. Si la carte piochée est la carte demandée, le joueur peut rejouer, sinon c’est au tour du joueur à gauche du demandeur de jouer. Dès qu’un joueur réunit une famille, il la pose devant lui et c’est au tour d’un autre joueur. Lorsqu’un joueur pose une famille et se retrouve sans cartes, il en pioche une et pose une question aux autres joueurs, la partie continue. Le gagnant est le joueur qui pose devant lui le plus de familles complètes.

Point Shop

 

***

 

J’espère que cet article “les jeux de société qui ont marqué mon enfance” vous a plu. Si cela vous dit, je pourrais faire un autre articles sur les autres jeux de société de mon enfance, car j’en ai beaucoup d’autres. Et vous quels étaient vos jeux de société préférés lorsque vous étiez petits ?

Pour découvrir d’autres articles de ce genre, cliquez sur l’image.

***

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :