Ecriture

Mes écrits sont ma voix

Depuis mon enfance j’ai toujours eu beaucoup d’imagination, que ce soit pour inventer des histoires avec mes poupées, ou mes barbies ou encore mes polly pockets. Etant une petite fille assez solitaire, je me créais un monde imaginaire où je me trouvais bien.

Mes écrits sont ma voix

 

Mon enfance

Tout d’abord, quand j’étais petite, je me suis rapidement repliée sur moi, je suis devenu très timide, j’avais peur de tout, je me cachais, parfois en bloquant la porte de ma chambre avec mon lit. Je vivais dans mon monde. Un monde où personne ne pouvait se moquer de moi, me faire du mal. J’avais mes jouets, mes poupées et mes histoires que j’inventais. Je me plaisais dans ce monde “imaginaire”. J’aimais bien être seule. Même si avec mon grand frère on faisait pas mal de choses ensembles et que j’aimais ça. J’avais besoin de ma solitude. (Bien sûr je le décris comme cela maintenant, mais enfant je ne me rendais pas compte de ce besoin).

***

Mon adolescence

Puis, lors de mon adolescence, j’ai imaginé des enquêtes policières avec des personnalités célèbres qui avaient le rôle de méchants. J’avais ça dans la peau, je m’y croyais vraiment. J’ai gardé une boîte avec toutes mes enquêtes à l’intérieure. Voici un petit aperçu (Cela remonte à 1998).

Mes écrits sont ma voix Mes écrits sont ma voix Mes écrits sont ma voix Mes écrits sont ma voix Mes écrits sont ma voix Mes écrits sont ma voix Mes écrits sont ma voix Mes écrits sont ma voix

***

Au collège, lorsque je rédigeais des rédactions, cela devenait rapidement un scénario de film. Jusqu’au jour, où en classe de troisième, ma prof de français a lu devant toute la classe ma rédaction (qui bien sûr à fait rire tout le monde). Le sujet de la rédaction était “vous êtes en voiture sur une route, où il n’y a personne et tout à coup vous tombez en panne. Que faites vous ?” (un truc dans le genre, je ne me souviens plus du sujet exact). Ma rédaction a donc commencé avec une panne d’essence et s’est terminée avec une explosion, un incendie et des blessés. Vous voyez le style !

Une autre fois, c’était lors de mon brevet blanc, je ne me souviens seulement du commentaire du correcteur “Vous vous croyez dans une série américaine” (si je la retrouve je vous la posterai).

Et une dernière fois, encore lors d’un brevet blanc, le sujet de la rédaction se passait au 19ème siècle avec des calèches, une histoire de famille. Je ne me souviens plus trop. J’ai commencé à raconter une histoire avec des gadgets, des caméras de surveillances. Hallucinant. Le correcteur avait inscrit “l’histoire se déroule au 19ème siècle !!)

Vous comprenez maintenant, j’avais énormément d’imagination mais qui ne me permettait pas d’avoir de bonnes notes en français.

 

***

Adulte

Quelques longues années après, j’ai écris ma première bande dessinée avec des images tirées des livres de Tintin. Il s’agissait de “Tintin va à l’anniversaire de mon cousin”. J’avais changé tous les dialogues dans les bulles. Cela m’avait pris plusieurs mois.

Ensuite, j’ai écrit un conte de Noël quelques mois après la naissance de mon petit cousin qui s’intitulait “Roman le petit lutin du Père Noël”. L’histoire se déroule au Pôle Nord dans le village du Père Noël, avec des lutins dont un qui s’appelle Barnabé.

Mes écrits sont ma voix

J’ai également écrit pour une amie, un conte de Noël où les personnages étaient ses petits enfants qui découvraient le pays des jouets.

Mes écrits sont ma voix

La fête de Noël, m’a toujours fasciné et beaucoup inspiré dans l’écriture. Car c’est un moment magique, féerique, où tout peu arriver. On peut inventer des histoires qui ne sont pas réalistes mais ce n’est pas grave parce que c’est Noël.

***

Quelques temps après, c’est là que la plume m’a vraiment atteinte. En effet j’ai commencé à écrire un livre qui traite du harcèlement scolaire. Un harcèlement que je connaissais malheureusement trop, l’ayant vécu durant mes années collège/lycée. Ça me faisait du bien d’écrire ce que je ne pouvais pas dire. Ce roman que j’avais intitulé “Seule”. (La couverture a été faite sur le site Canva)

Mes écrits sont ma voix

De plus, en parallèle, j’écrivais des scénarios fictifs de séries où j’intégrais mon vécu. Je vivais des moments difficiles depuis environs 2 ans. Je ne pouvais en parler à personne. J’utilisais mes écrits comme voix. C’est là que j’ai écrit un scénario fictif de Prison Break. Où l’un des personnages de la série que je n’aime pas était le méchant de mon passé et où les personnages que j’adorais m’aidaient. J’avais intitulé cet épisode fictif, “La vérité”.

***

Aujourd’hui

Enfin, aujourd’hui, j’ai environs sept romans en attentes, car ce ne sont pas les idées qui manquent mais le temps ! Je me suis donc organisée des cahiers où je note toutes les idées qui me viennent à l’esprit pour tel ou tel roman. Et quand j’ai un moment, j’écris. Cette organisation sera l’objet d’un autre article.

Pour terminer, dernièrement, j’ai commencé à écrire un vrai scénario pour le proposer. Je garde espoir que celui-ci soit lu et réalisé. Comme je l’ai écrit plus haut, je suis passionnée d’enquête, j’ai un diplôme de victimologie que j’ai obtenu dans une école de criminologie. J’ai fait ces études en parti pour me sortir de mon passé. J’adore la série Section de Recherches. Et j’ai écrit un scénario (presque complet). L’épisode s’intitule “Plus Jamais Victime”.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.